Les plantes sont parfumées à Lumigny !

Lundi 11 mars, c’est le jour tant attendu de la première formation « Plantes à parfum aromatiques et médicinales (PPAM) » francilienne organisée par le GAB Île-de-France à la ferme Terre de Liens de Lumigny, en Seine-et-Marne. Je prends le chemin de la ferme à travers la Brie boisée, aux côtés de Lucile, porteuse de projet en maraîchage, actuellement couvée près de Coulommiers. Ce trajet nous permet de discuter de nos questionnements en cours, notamment de notre envie commune de trouver un lieu de vie et d’activité proche d’une ligne de transport : Tournan-en-Brie, Nemours, Dourdan, Mantes-la-Jolie… Happée par notre discussion, je suis surprise de voir une petite route en épingle s’écarter soudainement de la linéarité de la route départementale. De jeunes arbres entourés d’une collerette se tiennent bien alignés dans les champs, pas de doute, nous y sommes ! Après quelques maisons, la rue se termine par un grand porche qui laisse deviner un corps de ferme. Nous sommes arrivées chez Claire et Rémi.

À l’intérieur, Claire nous attend aux côtés d’Hugo du GAB, dans une chaleureuse pièce aux murs de pierres parés de photographies anciennes évoquant les travaux des champs. Un premier temps d’échange géographique nous permet de prendre connaissance des projets de chacun. L’Essonne et la Seine-et-Marne semblent avoir un grand succès auprès des producteurs et productrices, installés ou en devenir.

Nous commençons la formation avec Sébastien Bonduau, chargé de mission à la FNAB du Pays de la Loire. Si nous remplissons aujourd’hui une salle avec une dizaine de participants, nous ne sommes pas des cas isolés. En France, entre 2016 et 2017, le nombre de fermes a augmenté de 14 %. Bien que la surface francilienne dédiée aux PPAM reste faible, avec seulement 46 ha, les choses changent et les profils des fermes se diversifient, avec de plus en plus de fermes en polyculture élevage (exemple : PPAM associées à des petits fruits et poules sous verger).

L’après-midi est dédiée à des points plus techniques, enrichis par les connaissances des plus expérimentés d’entre nous.

Nous avons ensuite le plaisir d’écouter Claire parler de son projet. Après un court historique des lieux, Claire nous raconte ses objectifs et prochaines étapes. Pour le moment, le thym et la rose de Provins sont en place. La camomille et le bleuet : c’est pour dans quelques semaines ! Elle attend son alambic avec impatience. Avec une capacité de 1000 l, il lui permettra bientôt de commercialiser, en vente directe et en circuits courts, des huiles essentielles et eaux florales.

Bien que Claire et Rémi aient fait le choix de distinguer leurs entreprises, le projet de la ferme des Sables est pensé dans un ensemble agronomique et spatial. Claire va cultiver 3 hectares de plantes, en rotation sur 20 ha alternés avec des cultures de blé, luzerne, sarrasin et autres grandes cultures. Ses planches sont conçues pour s’adapter aux différents outils (bineuse et semoir monorang). Des synergies qui demandent parfois quelques ajustements, mais qui améliorent la résilience du projet.

Vers 15 h 30, c’est l’heure de découvrir la ferme. Nous visitons d’abord les bâtiments : le magasin de vente, le futur laboratoire de transformation (ensachage et mise en bouteille) et de distillation. Nous partons ensuite à la découverte de la parcelle de thym ; récemment désherbée, elle semble en pleine forme !

Après cette chouette journée partagée, nous décidons de concrétiser la coopération régionale par la création d’un groupe d’échanges autour de la culture et transformation des PPAM. Merci aux éclaireurs et éclaireuses engagés de la filière. Désormais, on se serre les coudes !

Héloïse, porteuse de projet accompagnée par Abiosol

NB : pour accompagner la première distillation de Claire, nous organisons une opération” Libérons le Thym” le vendredi 26 avril. C’est l’occasion pour venir à la ferme ! Info et inscriptions : >>>ici

Terre de Liens Ile-de-France © 2019

Réalisé par Nicolas Sawicki pour Terre de liens IDF | Propulsé par WordPress