Franci’Liens sept-octobre 2015 : Focus « Petites pensées des champs »

Depuis plusieurs années, le Pôle Abiosol  accompagne la commune de Magny-les-Hameaux et Robert Pirès en vue de mettre en place un projet agricole… qui a abouti : Robert fait maintenant du maraîchage dans cette commune des Yvelines et, le 16 octobre dernier, a donc eu lieu un diagnostic agro-environnemental sur la parcelle qu’il exploite. Y participaient le fermier, l’élu de la commune, des partenaires territoriaux (Amap locales et Parc national régional de la Haute Vallée de Chevreuse) des Magnycois et des adhérents de Terre de Liens, sous l’œil avisé de René Becker, botaniste et président de l’association nationale de Terre de Liens. À titre de comparaison, ce diagnostic est au paysan ce que l’état des lieux est au locataire qui entre dans un nouveau logement. Il s’agit de regarder dans les moindres recoins de la parcelle pour identifier la qualité des sols, de faire un relevé floristique ou encore de répertorier chacun des arbres remarquables. L’ensemble de ces éléments sera ensuite utilisé pour constituer les clauses du bail rural environnemental (BRE).

 

DSC08878
Dans ce cadre, Terre de Liens Île-de-France avait un rôle de conseil de la commune quant à la mise en place de ce bail – un type de bail que promeut le mouvement Terre de Liens car il permet de déterminer avec le fermier, sous forme contractuelle, les conditions et les pratiques environnementales de l’exploitation du sol. Il est alors possible de continuer une pratique préexistante, par exemple maintenir la culture en agriculture biologique, ou de développer une nouvelle pratique environnementale comme le non-retournement des prairies, la création, le maintien et les modalités d’entretien de haies, talus et bosquets.

Issu de la loi d’orientation agricole de 2006, ce bail est très peu utilisé car il est mal connu aux échelles locales et que sa mise en place nécessite une négociation et un suivi du respect des clauses qui peut alourdir la procédure.
Cette journée aura enfin été l’occasion d’un comptage de vers de terre. En effet, dans le cadre de l’opération carbone menée actuellement, Terre de Liens Île-de-France tente de faire émerger un réseau de mesure de carbone citoyen : compter des vers de terre, c’est évaluer la biodiversité des sols et pouvoir démontrer scientifiquement le lien entre des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et l’augmentation du stockage de carbone dans le sol. Cette fois-ci, à cause du froid, les vers de terre n’ont pas été bien nombreux mais le printemps nous dira où ils se sont cachés…

Ecrire un commentaire

Please enter your name

Champ obligatoire

Please enter a valid email address

Champ obligatoire

Please enter your message

Terre de Liens Ile-de-France © 2018

Réalisé par Nicolas Sawicki puis Terre de liens IDF

Propulsé par WordPress