Franci’Liens sept-octobre 2015 : Éclairage de fond « Les marchés parisiens »

Véritables lieux de convivialité, les 82 marchés parisiens apportent un complément aux commerces sédentaires et, dans certains quartiers, la seule possibilité de s’approvisionner en denrées alimentaires fraîches. Loin de faire de la concurrence, les marchés ont un effet attractif qui profite aux autres commerces.MARCHES PARISIENS001 C’est pourquoi la Ville de Paris a créé 8 nouveaux marchés découverts depuis 2001: Saint-Honoré (1er), Bourse et Saint-Eustache (2e), Baudoyer (4e), Anvers (9e), Bercy (12e), Paris-Rive-Gauche (13e) et Georges Brassens (15e).

Les marchés alimentaires découverts étaient au nombre de 70 en 2011, dont 3 de produits biologiques (Raspail, Brancusi et Batignolles), répondant à une demande de plus en plus importante de produits frais et sains produits localement. On compte plus de 2 500 commerçants : 1 116 primeurs et maraîchers, 302 bouchers, charcutiers et rôtisseurs, 242 poissonniers, 158 crémiers, 85 boulangers et pâtissiers et 423 traiteurs ou commerçants vendant des produits régionaux ou étrangers. Ces derniers sont en nette augmentation sur les étals des marchés parisiens. Les marchands de fruits et légumes et les poissonniers sont, eux, en légère augmentation et sont deux fois plus nombreux sur les marchés que dans les boutiques en pied d’immeuble. On peut y ajouter 120 fleuristes qui contribuent à animer ces marchés découverts.

L’importante offre alimentaire proposée sur les marchés découverts est complétée par celle fournie sur les 12 marchés couverts parisiens. Le nombre d’emplacements dans ces marchés se situe autour de 200 dont plus des 3/4 concernent des produits alimentaires (31 primeurs, 19 bouchers, charcutiers ou marchands de volaille, 17 poissonniers, 16 crémiers et 64 traiteurs ou commerces de produits régionaux). On dénombre aussi 11 étals de fleuristes, 6 de cordonniers, 4 de retouches de vêtements et 2 pressings.

Cependant, l’agriculture locale des légumes et des fruits s’étant réduite avec le développement urbain, la présence des producteurs sur les marchés parisiens devient de plus en plus rare. L’offre directe de producteurs est également réduite du fait de la spécialisation de l’agriculture et de l’évolution des exploitations vers une commercialisation par des circuits professionnels. De plus, les agriculteurs ont du mal à trouver et le temps de s’occuper de leur terre et celui de se rendre au marché plusieurs fois par semaine. Enfin, les maraîchers sont soumis à rude concurrence… Toutefois, quelques producteurs continuent de vendre sur les marchés de Paris leurs produits fraîchement récoltés.

Ecrire un commentaire

Please enter your name

Champ obligatoire

Please enter a valid email address

Champ obligatoire

Please enter your message

Terre de Liens Ile-de-France © 2018

Réalisé par Nicolas Sawicki pour Terre de liens IDF | Propulsé par WordPress