Franci’Liens sept-octobre 2015 : Du côté des fermes « À brest, rien de nouveau ! »

À Brest !?! « Quel rapport avec Lumigny ? », allez-vous me demander. Eh bien, avant d’être un paysan luminicien, Rémi Seingier est un chef d’entreprise brestois et Claire, sa compagne, est une biologiste spécialisée dans les micro-organismes du milieu marin.
Et c’est plutôt à l’Est, en Seine-et-Marne, qu’il y a du nouveau.
Depuis janvier 2015, Claire et R03_samedi_apre_s-midi-22émi s’occupent, avec l’aide des parents de ce dernier, des 38 hectares appartenant à la Foncière. La totalité des terres de la ferme représente 125 hectares, et c’est encore les parents de Rémi qui s’occupent des 87 hectares restants. Ils passent la main à leur fils, mais petit à petit, en douceur, le temps notamment de le laisser régler quelques affaires dans le Finistère.
Rémi a prévu d’avoir récupéré la gestion de la totalité des terres en 2019.
Paysagiste chef d’entreprise… Biologiste du milieu marin… Qu’est-ce qui a décidé ce couple à devenir paysans ?

C’est une opportunité familiale – une certaine valeur sentimentale même ! – qui les a aiguillés dans cette direction. Puis rapidement, ils ont vu dans ce projet sur le long terme la possibilité de rassembler leurs deux compétences et, grâce à elles, de donner du sens à ce travail indispensable à la vie en communauté. Par exem04_samedi_apres_midi_final-148ple, à la suite du chantier participatif de l’hiver dernier, qui a permis de planter des centaines d’arbres sur leurs terres, notamment grâce aux bénévoles de notre association, Claire souhaite devenir porteur de projets sur l’étude de l’agroforesterie et son impact sur les micro-organismes présents dans le sol. Elle aimerait développer des liens avec ses confrères scientifiques pour dynamiser la recherche autour de ce thème et mieux comprendre les besoins de nos terres.
Rémi s’inquiète d’ailleurs un peu de la valorisation de ce travail lors de la cession d’un bail, car certains de ces arbres plantés récemment n’arriveront à maturité que dans 60 ans au mieux ! Mais en dehors de ce qu’ils apporteront dans un demi-siècle et plus à celui qui s’en occupera (oui, Rémi, malgré la passion qu’il voue à son nouveau métier, ne compte pas travailler à un âge aussi avancé !), ils permettent déjà de prendre soin du sol et de son microbiote. Il m’explique que « ces plantations, par leurs feuilles et leur racines, vont ainsi enrichir le sol en humus, ce qui améliorera le fond du support de culture. »

Autre idée : mettre en place un atelier de plantes aromatiques pour créer ensuite des huiles essentielles et faire découvrir tout ça lors de journées portes ouvertes, balades du goût, etc. Ah ! Tiens ! !
Rémi et Claire ne conçoivent leur métier que par le biais de la communauté avec laquelle ils veulent interagir. Cette communauté sera scientifique, scolaire ou composée de gens comme vous et moi, peu importe : ils veulent créer du réseau et donner du sens à ce qu’ils font, et à ce qu’on en fait.
À l’Est, vers Lumigny, il y a du nouveau.

 

Ecrire un commentaire

Please enter your name

Champ obligatoire

Please enter a valid email address

Champ obligatoire

Please enter your message

Terre de Liens Ile-de-France © 2018

Réalisé par Nicolas Sawicki puis Terre de liens IDF

Propulsé par WordPress