Franci’Liens mars-avril : Eclairage de fond – Agriculture en Ile-de-France

agriculture francilienne- Crédit  Marc SegurL’agriculture en Ile-de-France : Tendances

Les terres agricoles couvrent un peu moins de 50 % de l’Île-de-France. En 2010, on comptait 5075 exploitations, soit 22 % de moins qu’en 2000, avec une diminution plus forte en maraîchage, horticulture et élevage. Ce chiffre est à comparer à la disparition de 2,4 % de la surface agricole utile, montrant la tendance à l’agrandissement des exploitations agricoles.

L’Île-de-France produit essentiellement des céréales et des oléo-protéagineux. 8 % de la surface est cultivée en maraîchage et horticulture.

L’Île-de-France, une agriculture péri-urbaine

100 000 ha de terres fertiles ont été artificialisés en 50 ans (aujourd’hui, le rythme est de 2000 ha par an) ! La pression énorme entraîne un coût du foncier élevé et une difficulté particulière d’installation pour les jeunes agriculteurs, mais aussi de la précarité pour les agriculteurs en place (morcellement, occupation précaire, mise en péril de la viabilité des exploitations). Rareté et précarité du foncier sont renforcées par l’instabilité des documents d’urbanisme et par l’enchevêtrement des zonages et des structures de gestion de l’espace.

Par ailleurs, on assiste ces vingt dernières années au transfert, depuis Paris et la petite couronne, d’une population néorurale non agricole qui exige les infrastructures et les services auxquels elle était habituée en ville. De ce fait, les élus des communes s’attachent à répondre à la demande de leurs administrés, parfois au détriment de l’agriculture.

L’Île-de-France, et la bio ?

Fin 2013, 1,6 % de la surface était cultivée en agriculture biologique (200 producteurs). Un nouveau plan en faveur de l’agriculture bio a été signé entre la Région et l’État, ce 6 mars 2015, avec 4 objectifs :

• doubler les surfaces cultivées en bio d’ici à 2017 et les tripler d’ici à 2020 ;

• dynamiser les conversions à la bio, avec un objectif parallèle de 10 à 15 installations en agriculture biologique par an ;

• structurer les filières pour mieux développer les produits bio locaux : transformation, stockage, logistique, distribution, commercialisation ;

• encourager l’achat de produits locaux, en particulier bio, via la restauration collective.

Île-de-France, une économie agricole viable

Le maintien de l’activité agricole en Île-de-France en tant qu’activité économique rentable et viable est crucial en Île-de-France. La proximité d’un bassin de près de 12 millions de consommateurs avec des attentes fortes de produits agricoles de proximité offre de nombreuses possibilités aux filières courtes. Aujourd’hui, 13 % des exploitations pratiquent une activité de diversification, 18 % vendent en circuit court (34 % de ces exploitations sont à dominante grandes cultures, 24 % en élevage ou polyculture-élevage, 14 % en maraîchage).

(Tous les chiffres proviennent du site Internet de la Fédération des Chambres d’agriculture d’Île-de-France.)

Ecrire un commentaire

Please enter your name

Champ obligatoire

Please enter a valid email address

Champ obligatoire

Please enter your message

Terre de Liens Ile-de-France © 2018

Réalisé par Nicolas Sawicki pour Terre de liens IDF | Propulsé par WordPress