Franci’Liens Mai-Juin 2015 : éclairage de fond – « La bonne gestion des sols agricoles : un enjeu de société »

Cet article reprend les éléments fournis par l’avis et la note de synthèse qu’a publiés le CESE : « Socle de la vie végétale et principal gisement de biodiversité, le sol fournit à l’Homme nourriture et énergie, mais aussi des matériaux de construction, des matières premières, des molécules à vocation médicale… Pour autant, il demeure méconnu et sans véritable protection juridique ». Ces lignes introduisent un avis publié par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) le 13 mai dernier, contenant des préconisations concrètes pour répondre à cet enjeu. Pour le CESE, face aux défis démographiques, alimentaires, environnementaux et climatiques, protéger la vocation nourricière des sols agricoles métropolitains et ultramarins et maintenir leur qualité agronomique et leurs externalités positives, constituent des enjeux primordiaux. Outre le renforcement des outils de la connaissance (recherche, bases de données, suivi de la consommation des terres agricoles, diffusion des informations), les préconisations portent sur les thèmes centraux de Terre de Liens.

Protéger le foncier agricole

Pour protéger le foncier agricole, l’avis du CESE propose notamment de :

• définir des objectifs nationaux, déclinés localement, et veiller à la cohérence des décisions d’urbanisme en zones rurales ou périurbaines et à la concertation en amont des projets avec toutes les parties prenantes, en prenant en compte les valeurs agronomiques et environnementales des sols ainsi que le caractère réversible ou non des aménagements envisagés ;

• encadrer la création de grandes surfaces et privilégier la rénovation de l’habitat ancien et la reconversion des bâtiments industriels et commerciaux existants ;

• taxer les plus-values liées à la vente de terres agricoles rendues constructibles ;

• inciter les départements à mieux exploiter les dispositifs de protection des espaces naturels et agricoles, rechercher les solutions d’évitement et de réduction de l’impact des nouveaux projets, avant d’appliquer la règle de la compensation.

Enfin, sur le plan foncier, le CESE invite à :

• constituer, dans les ceintures périurbaines, des réserves foncières agricoles ;

• à privilégier l’approvisionnement local des restaurants collectifs et des habitants locaux ;

• à agir aux niveaux européen et international pour permettre aux États d’encadrer, voire de s’opposer, à l’accaparement des terres.

Préserver et améliorer l’état des sols agricoles

Sept propositions visent à utiliser des pratiques agricoles permettant de préserver les sols :

• agroforesterie et bonnes pratiques agronomiques ;

• implication des agriculteurs dans la recherche et développement d’interactions avec les chercheurs ;

• valorisation du rôle des sols en matière de séquestration du carbone et de lutte contre le changement climatique ;

• maintien des exploitations et territoires de polyculture-élevage existants et relocalisation des élevages dans les zones aujourd’hui spécialisées en grandes cultures ;

• utilisation des capacités naturelles de résilience et de remédiation des sols,

• recyclage de l’ensemble des déchets organiques pour les restituer aux sols.

Sensibiliser aux enjeux liés aux sols

La dernière série de préconisations vise à :

• communiquer en direction du grand public et des élus pour une prise de conscience de l’importance du rôle des sols ;

• à intégrer cet enseignement dans les programmes scolaires et renforcer la place de l’agronomie dans les formations agricoles.

Ecrire un commentaire

Please enter your name

Champ obligatoire

Please enter a valid email address

Champ obligatoire

Please enter your message

Terre de Liens Ile-de-France © 2018

Réalisé par Nicolas Sawicki puis Terre de liens IDF

Propulsé par WordPress