Franci’Liens juillet-août 2015 : Focus « Opération carbone »

Opération carbone

En décembre a lieu à Paris la COP 21 (21e Conférence des Nations unies sur le changement climatique). Avant sa tenue, chaque pays doit faire part de ses engagements pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES), afin d’aboutir à un accord international qui réduise le risque climatique. Les scientifiques du GIEC nous alertent depuis de nombreuses années sur les dangers, pour les sociétés humaines, d’une élévation de plus de 2 °C de la température moyenne du globe : multiplication et aggravation des accidents climatiques, montée des océans, extension de la désertification, etc. En Europe de l’Ouest nous verrions, par exemple, une multiplication des inondations hivernales mais aussi des sécheresses d’été !

TDL sols 2015003
L’agriculture est triplement concernée par les négociations de la COP 21. Tout d’abord, elle est menacée : de vastes espaces agricoles sont en péril (submersion de terres fertiles de deltas, désertification de zones arides, disparition de l’irrigation permise par les fontes estivales de glaces, etc.), des cultures devront s’adapter, et des accidents climatiques pourront réduire les récoltes sur des régions entières.
Mais elle est également émettrice de GES : au niveau mondial, elle représente 24 % des émissions (20 % en France) et avec celles des chaînes agro-alimentaires environ un tiers ! Ses principaux facteurs d’émission sont la dégradation des sols (suppressions de forêts, haies et prairies, labours excessifs, agrochimie détruisant la matière organique, etc.), la fertilisation azotée et le méthane émis par les animaux d’élevage.
Cependant l’agriculture peut aussi être une solution ! Une évolution des pratiques permettrait de stocker de grandes quantités de carbone dans les sols. Les techniques sont connues : moins d’engrais de synthèse, plus de polycultures avec légumineuses, des cultures intermédiaires, un élevage en prairie, des plantations de haies, l’agroforesterie, l’agriculture biologique, la permaculture, etc.
Toutes ces solutions « pour le climat » favorisent également agriculture de qualité, biodiversité, qualité de l’eau et de l’air… tout ce pour quoi nous militons ! Durant l’automne, Terre de Liens mènera un projet d’étude des sols et de prélèvement citoyen en partenariat avec l’Association française pour l’étude des sols, l’Association française d’agroforesterie et la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais.
Nous vous tiendrons régulièrement informés de nos actions.

Ecrire un commentaire

Please enter your name

Champ obligatoire

Please enter a valid email address

Champ obligatoire

Please enter your message

Terre de Liens Ile-de-France © 2018

Réalisé par Nicolas Sawicki puis Terre de liens IDF

Propulsé par WordPress

%d blogueurs aiment cette page :