Franci’Liens décembre-janvier : du côté des fermes – un chantier participatif à Lumigny

Les 17 et 18 décembre 2016, un week-end « dans les sables » était organisé à la ferme de Lumigny, en Seine-et-Marne : un beau chantier participatif consacré à des travaux d’entretien pour aider Rémi et Claire à faire prospérer leurs plantations. Valentin Verret a participé à ce chantier et son témoignage est retracé dans cet article.

La ferme de Lumigny produit du colza, du blé, de la luzerne… La production est vendue à la ferme, où plusieurs agriculteurs du voisinage se sont regroupés pour faire de la vente directe. Il y a deux ans, Rémi et Claire ont repris la parcelle des sables pour y faire des cultures en agroforesterie. Ils ont commencé par planter des arbres dans les champs. Pour ces plantations, ils ont déjà mis à contribution des bénévoles en organisant une dizaine de chantiers participatifs.

En décembre dernier, les travaux consistaient à réaliser les premiers entretiens et améliorations de ce nouvel écosystème au travers de deux ateliers : la réalisation de perchoirs pour les rapaces et l’entretien des dispositifs de protection des jeunes arbres.

Les perchoirs déjà installés pour les rapaces accueillent un couple de buses et un de faucons qui se sont établis sur le site. L’objectif est d’installer 40 nouveaux perchoirs. Ainsi, les rapaces présents participent à l’équilibre écologique en chassant les ravageurs, et les perchoirs évitent qu’ils se posent sur les jeunes arbres, encore trop fragiles, en risquant d’abimer les branches. Côté entretien, l’objectif était de réparer ou remplacer les tuteurs et les protections des jeunes arbres, certains ayant été endommagés par les sangliers ou, parfois, par le passage du tracteur.
Avant les travaux, les bénévoles ont bénéficié d’une séance d’explications sur le système agroforestier mis en place, suivie d’un focus sur la rotation des cultures dans la parcelle. Les cultures de colza, blé et luzerne, se font dans des champs qui ont la particularité d’être aussi plantés d’arbres. Pourquoi ce mélange ? Comme Rémi l’explique, c’est une technique qui permet de favoriser la biodiversité, d’améliorer la fertilité des sols et de réduire les émissions de CO2. Bien sûr, cela génère aussi des contraintes : les arbres prennent de la place, et leur espacement doit être calculé pour permettre le passage des machines agricoles. Cependant, la perte de surface d’environ 3 % devrait rapidement être compensée par la diversification de production qu’ils apportent : fruits, bois de chauffage…

Entre ces enseignements théoriques et les travaux pratiques, les bénévoles ont pu partager un repas préparé par les fermiers, un moment d’échanges enrichissants pour ces 15 personnes venues d’horizons différents : proches de Rémi et Claire, adhérents de Terre de Liens ou du réseau des AMAP…

Valentin, qui participe pour la troisième fois à un chantier de ce type, est enthousiaste. Malgré le froid de ce week-end de décembre, l’expérience est pour lui positive en termes d’apprentissage, de rencontres et de dépaysement. Elle permet en outre de prolonger de façon concrète son engagement pour une démarche humaine et environnementale.

 

Ecrire un commentaire

Please enter your name

Champ obligatoire

Please enter a valid email address

Champ obligatoire

Please enter your message

Terre de Liens Ile-de-France © 2018

Réalisé par Nicolas Sawicki puis Terre de liens IDF

Propulsé par WordPress

%d blogueurs aiment cette page :