L’histoire des Sables de Lumigny

Anne et Pascal Seingier sont agriculteurs. Ils habitent à Lumigny, près de Coulommiers, en Seine-et-Marne, une ferme dont Terre de Liens a racheté 38 hectares. Anne raconte…

Installés depuis 1985 à Lumigny, d’abord en GAEC puis en entreprise individuelle, nous avons toujours voulu être au plus près des consommateurs qui nous entourent. D’abord par la vente directe de nos produits à la boutique de la ferme, créée en 1987 puis par la ferme pédagogique. Nous avons à cœur d’expliquer notre métier et nos pratiques : par exemple nous montrons que nos champs de blé en hiver ne sont pas de l’herbe où jouer au foot. Nous intégrons des réseaux collectifs qui mettent en valeur cet état d’esprit comme l’association « À la découverte de la ferme » et « Champs de saveurs » puis maintenant le réseau « Bienvenue à la ferme ». Chaque année, en octobre et au printemps, à l’occasion de la Balade du goût et du Printemps à la ferme, nous accueillons quelques centaines de personnes curieuses de découvrir nos fermes et leurs productions.

Nous prenons aussi le temps de visiter d’autres coins du monde. C’est ainsi qu’en 2008 des collègues au Cambodge nous font découvrir l’agroforesterie. Ils nous ont fait prendre conscience que nous pouvions mettre en valeur plus d’espace aussi bien en terre, par la longueur des racines, que dans l’air par la hauteur de nos cultures. Eux cultivent l’hévéa dont ils récupèrent le latex, en dessous le manioc puis, rampant au sol, les courgettes. sableslumigny

En 2008, notre propriétaire nous informe qu’il veut vendre une partie des terres et il souhaite que nous achetions. Pour nous, pas question : la terre est notre outil de travail et elle peut être un bien commun loué par l’agriculteur et, quand il part, le suivant prend le relais. Connaissant Terre de Liens, la Foncière devient un de nos propriétaires en 2011 et a comme condition « cultiver en bio », nous nous lançons. Cette année-là, juin a été très chaud et une partie de nos champs de blé et de colza dans les Sables ont séché sur place : pas de récolte sur 2 hectares. L’agroforesterie fait son chemin pour protéger les cultures de l’évapotranspiration (ndlr « la quantité d’eau transférée vers l’atmosphère, par l’évaporation au niveau du sol et par la transpiration des plantes[1] »).

N’étant pas des plus compétents dans le domaine des arbres, Rémi, notre fils paysagiste, nous a proposé de mettre en place ce projet pour nous, et en 2012, ils nous annoncent avec sa compagne Claire qu’ils souhaitent nous remplacer à la ferme. Quel bonheur !! Le projet est porté par nos jeunes. Rémi et Claire présentent alors, en 2013, ce qu’ils envisagent de faire au CA de Terre de Liens qui donne son aval. Ils seront bientôt les nouveaux locataires de Terre de Liens.

La suite, le week-end des 6-7 décembre pour la plantation de 10 km de bandes boisées sur 38 ha, espacées chacune de 27 m de cultures. Une quarantaine de bénévoles participera à l’opération de pralinage, plantation et protection des végétaux (2049 plantations pour cette opération appelée à se renouveler l’hiver prochain pour la suite du projet).

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89vapotranspiration

Ecrire un commentaire

Please enter your name

Champ obligatoire

Please enter a valid email address

Champ obligatoire

Please enter your message

Terre de Liens Ile-de-France © 2018

Réalisé par Nicolas Sawicki puis Terre de liens IDF

Propulsé par WordPress