3 questions à… Hélène Béchêt, chargée des relations avec les collectivités à Terre de Liens Île-de-France

Que fait Terre de Liens avec les collectivités franciliennes ?

Terre de Liens accompagne les collectivités territoriales sur plusieurs axes :

La préservation du foncier agricole, que celui-ci appartienne à la collectivité en elle-même, ou qu’il soit privé sur le territoire de la collectivité. Terre de Liens peut aider les collectivités locales dans cette mission en apportant des outils réglementaires de protection foncière qu’ils peuvent mettre en place pour s’assurer que ces terres restent des terres agricoles, comme le PAEN (périmètre de protection des espaces agricoles et naturels), ou la ZAP (zone agricole protégée).

L’installation de nouveaux paysans. Lorsqu’une collectivité possède du foncier agricole et souhaite installer des agriculteurs en agriculture biologique et circuits courts, elle peut faire appel à l’expertise de Terre de Liens pour intervenir de plusieurs façons. Terre de Liens agit dans ces cas-là sur plusieurs volets : les diagnostics fonciers (analyse des parcelles, calibrage des parcelles, définition du modèle économique, évaluation de l’investissement, du bâti, etc.) ; la phase de recherche de porteurs de projet en lien avec Abiosol ; les démarches et les aides à l’installation ; la mise à bail rural environnemental (BRE).

Par ailleurs, et depuis 2018, suite à la loi Egalim qui exige 50 % de produits sous signe d’origine ou de qualité (dont produits biologiques) dans la restauration collective publique, les collectivités se penchent de plus en plus sur des solutions locales et biologiques pour l’approvisionnement de leur restauration collective, entre autres avec l’installation de paysans sur le territoire de la collectivité.

L’accompagnement des collectivités dans la recherche de foncier agricole, si celles-ci n’en possèdent pas de public.

Des formations auprès des élus et des agents de collectivités, pour les informer, les sensibiliser aux initiatives et expériences existantes, et leur présenter les possibilités d’action et d’intervention de l’association. Celles-ci peuvent être organisées et réalisées en relation avec d’autres structures comme les GAB. Ces formations regroupent :

  • des visites de fermes,
  • des partages d’expérience organisés entre paires pour permettre la circulation d’informations sur les différents projets mis en place,
  • la présentation des outils réglementaires à leur disposition, et la manière de les mettre en place sur leur territoire,
  • la description des enjeux fonciers franciliens et du secteur agricole francilien,
  • des formations à l’outil Parcel de Terre de Liens, pour leur permettre de mesurer, entre autres, les effets d’une agriculture locale et durable sur un territoire, ou d’évaluer les impacts sociaux, environnementaux et économiques des modes de production agricole et/ou des régimes alimentaires,
  • etc.

La mise en place de projets alimentaires territoriaux (PAT). Terre de Liens peut intervenir dans les différentes phases de la mise en œuvre de ces PAT : le diagnostic, pour comprendre les problématiques foncières ; la phase d’action ; la phase de mise en œuvre des actions. Ces PAT en sont encore à leur début en Île-de-France, et Terre de Liens participe actuellement à trois processus de PAT (PAT Cergy Vexin (PNR), PAT Chevreuse (PNR) et PAT GPSEA – Grand Paris Sud Est Avenir), qui en sont aux phases de diagnostic et d’action.

La mise en place de réseaux de collectivités engagées dans la transition agricole et alimentaire, en partenariat avec le réseau AMAP Île-de-France.

Quels sont les exemples « inspirants » en Île-de-France ?

A retrouver sur notre site, plusieurs vidéos qui racontent des actions inspirantes >>>voir ici

Une très belle coopération est en cours avec le département du Val-de-Marne, via une convention, sur plusieurs projets, notamment pour aider à l’installation de paysans sur le parc des Lilas, à travers des formations avec les élus, ou la mise en place d’outils PAEN.

Terre de Liens agit également beaucoup avec l’agglomération de Cergy-Pontoise (95), avec la mise en place de BRE (baux ruraux environnementaux), d’un projet alimentaire de territoire (PAT), de projections débat, et de la veille foncière qui a permis en 2019 l’acquisition de quelques parcelles sur la ferme des Pâtis par Terre de Liens.

À Bièvres (91), Terre de Liens participe à l’installation, en cours, de deux futurs maraîchers sur 5 hectares du territoire de la commune.

Enfin, Terre de Liens participe en tant que partenaire au projet Sésame de l’agglomération Cœur d’Essonne (91) afin d’assurer la préservation des terres agricoles sur son territoire. L’association y anime une cellule locale foncière en collaboration avec la SAFER dans le but de faire de la veille foncière grâce à l’outil Cap Terre, outil de cartographie collaborative dédiée à la veille foncière collaborative.

Avez-vous remarqué un changement à la rentrée, après les élections municipales et dans le contexte de crise sanitaire ?

Un changement clair est visible depuis les élections et avec l’arrivée de nouveaux élus : ils sont plus volontaristes sur le volet alimentation de proximité et beaucoup se sont déjà tournés vers Terre de Liens IdF, qui a reçu nettement plus d’appels de prise de contact que l’année précédente. Ces contacts devraient se concrétiser en 2021, on l’espère, par des conventions et autres partenariats. Pour faciliter cela, une newsletter dédiée aux collectivités a été créée, pour leur apporter régulièrement de l’information sur les actions et activités de Terre de Liens. Une visioconférence est également prévue le 12/10 avec ces élus qui ont pris contact pour discuter des modalités et possibilités de travail ensemble. Terre de Liens IdF agit donc en créant des outils pour répondre à cette nouvelle demande forte, en partenariat avec les structures avec lesquelles l’association collabore régulièrement (Abiosol, regroupant les organisations AMAP, Champs des possibles et TdL Idf, ainsi que le GAB).

En ce qui concerne la situation sanitaire, Terre de Liens a dû adapter son activité et a été très active on line pendant le confinement et après, notamment à travers l’animation d’ateliers tous les samedis pendant le confinement pour la mobilisation en vue des municipales. L’association a également vu son taux d’adhésion augmenter pendant cette période et passer la barre des 900 adhérents, une preuve supplémentaire que les missions portées par Terre de Liens résonnent face aux enjeux et questionnements actuels sur l’alimentation locale, de qualité, la production agricole durable et sa relocalisation.

Avec le soutien de :

Terre de Liens Ile-de-France © 2020

Réalisé par Nicolas Sawicki pour Terre de liens IDF | Propulsé par WordPress